Skip to content

La franchise, avantages et inconvénients

Quand on veut lancer son business, l’une des solutions que l’on étudie est de devenir franchisé d’une marque. Avant de se lancer dans le business model de la franchise, il faut bien évaluer les avantages et inconvénients.

Avantages et inconvénients de la franchise

Le principe de la franchise

La franchise est un accord commercial et juridique par lequel une entreprise appelée « franchiseur » s’engage à fournir à une seconde entreprise, dite « franchisée », une marque, un savoir-faire et une assistance permanente en contre partie d’une rémunération.

Ce contrat accorde une exclusivité d’exploitation d’une marque, sur un territoire défini, pour une durée de 5 à 10 ans. La franchise a pris de l’ampleur dans les années 80 au point de devenir aujourd’hui un modèle très porteur. Les plus grandes enseignes fonctionnent ainsi : Mac Donald’s, Zara, Subway, Pizza Hut, KFC, Europcar, Midas, Orpi …

Les avantages de la franchise

Un gain de temps

L’avantage majeur de ce business model est de pouvoir commencer son activité rapidement, avec tous les éléments déjà en main : les éléments financiers, la liste des produits à vendre, les fournisseurs, les plans pour l’aménagement, les éléments pour la communication, les outils pour la vente et le marketing…

De plus, on profite de la notoriété de la marque. Un climat de confiance s’installe avec vos clients dès votre installation. C’est un gain de temps et d’énergie énorme que vous économisez avec ce statut. Vous vous appuyez sur le savoir-faire de la marque et profitez de sa logistique, ses outils de gestion, son centre d’appel, son site internet, autant d’outils performants qui vous permettent d’être opérationnel de suite.

L’assistance proposée par le franchiseur, tant au niveau commerciale, technique que financière, réduit considérablement le temps passé à gérer les problèmes. Votre entreprise se développe plus rapidement et dans de meilleures conditions.

Limiter les risques

En effet, grâce à la franchise, vous bénéficiez de la puissance, de l’expertise et de la notoriété d’un réseau, d’une marque déjà implantée. C’est la garantie d’un démarrage sécurisé et d’une montée en puissance rapide.

Lors de la création, vous pouvez profiter d’une aide pour le montage du dossier financier. Votre franchiseur vous indique les pièges à éviter et les astuces de vente, les produits à forte rentabilité à mettre en avant. Au sein du réseau, vous partagez également les retours d’expérience des autres franchisés pour que votre business atteigne rapidement son point culminant. Il y a peu de données inconnues avec ce système et les clients sont déjà fidélisés avant même de commencer. Passer par une franchise c'est garantir un taux de succès nettement plus élevé.

Économies d’échelle

Être franchisé, c’est faire partie d’un réseau et profiter d’une centrale d’achat. Logistique et approvisionnement sont ainsi groupés pour des tarifs très compétitifs auprès des fournisseurs. Chacun profite de la force du réseau de franchisés pour faire progresser son enseigne.

Les petits plus non-négligeables

En tant que franchisé, vous bénéficiez de formation et d’assistance pour une meilleure mise en place de votre projet et un développement rapide de votre activité. Des moyens considérables sont mis à votre disposition et cela représente un ingrédient majeur pour votre réussite. Le support des autres franchisés, leur expérience, leur soutien fait la force d’un tel réseau.
Vous profitez en outre des campagnes de publicités nationales faites par le franchiseur, que vous n’auriez sans doute pas eu les moyens de mener lors de votre lancement, si vous étiez un entrepreneur isolé.

Les inconvénients à passer par une franchise

Des consignes à respecter

Adhérer à une franchise, c’est accepter les contraintes de la marque et se soumettre à son cahier des charges. Tout est charté, modélisé, que ce soient les conditionnements, les produits, la présentation, la communication, le mobilier. Le concept se décline à l’identique dans toute nouvelle franchise. La recette du cheeseburger est la même dans tous les Mac Donald’s ! Les fauteuils sont les mêmes, les aires de jeux, les uniformes du personnel, la décoration. La franchise n’est qu’un copier-coller du modèle initial. Mais c’est aussi cela qui lui garantit son succès.

Un coût important

En contrepartie des avantages majeurs que peut apporter la franchise, ce système exige en retour un droit d’entrée ainsi qu’une redevance généralement sous forme de pourcentage (entre 1 et 5%) calculé sur le chiffre d’affaires à verser au franchiseur. L’investissement de départ peut être plus élevé que dans le cas d’un entrepreneur indépendant. L’apport personnel devra donc être important. On note que plus la marque est reconnue, plus le ticket d’entrée est élevé. Mais en retour, cela vous assure une croissance rapide dès le démarrage et un soutien des banques plus large.

Une perte d’indépendance

Avec un cahier des charges aussi stricte et des règles à appliquer à la lettre, il est évident que le franchisé n’a que peu de marge de manœuvre pour exprimer sa créativité. Un animateur de la marque visite régulièrement les nouveaux locaux pour s’assurer du respect du concept. Ce point est d’autant plus difficile à supporter pour des entrepreneurs qui sont en règle générale avides de liberté, d’autonomie et de créativité. Faire partie d’un réseau de franchise doit donc être une décision mûrement réfléchie.

En résumé  ...

Adhérer à une franchise accélère le lancement de votre entreprise, limite le risque de cessation d’activité et assure la pérennité de votre commerce. Cette réussite est liée au fonctionnement même de ce système. En effet, en adoptant un concept clé-en-main, testé, en exploitant une marque avec une notoriété bien assise, en étant formé, assisté dans toutes vos démarches commerciales, juridiques ou financières, en étant soutenu par un réseau, vous mettez toutes les chances de votre côté pour assurer votre réussite !

L’ organisation du temps

Quand j’ai envisagé de monter ma salle de fitness, je savais que j’aurais besoin de beaucoup de temps. Mais j’étais à mille lieux de penser que la gestion du temps pouvait avoir un impact fortement positif sur mon projet.

Comme tout projet qui fait appel à la créativité, on peut passer une vie entière à imaginer des choses, modifier ses objectifs, revoir son business plan... D’où l’importance de cadrer cette créativité en y mettant des limites en termes de temps et d’objectifs.

Dans une ancienne vie, il s'agissait de mon quotidien.

Organisation du temps

La planification intelligente

La planification des activités permet une meilleure gestion du temps. Certaines étapes de la création d’entreprise prennent plus ou moins de temps, d’autres présentent un caractère plus ou moins urgent.  En somme, la planification dépend surtout de la priorité de certaines tâches.

Si j’apporte autant d’importance à la planification de mon travail, c’est que cela apporte de multiples avantages, notamment :

  • Limiter les périodes d’inactivité en anticipant les problèmes qui aurez pu m’empêcher de travailler
  • Tenir mes objectifs dans des délais raisonnables et donc avancer plus vite
  • Hiérarchiser mes activités pour faciliter ou enrichir mon travail : pour me faire une idée des tarifs que mon entreprise appliquera, j’ai d’abord besoin de connaître le coût de la création et de la gestion de ma future salle de sport.

Lorsque vous établissez la liste des choses à faire, les éléments prioritaires apparaissent autant que possible en tête de liste. Mais parfois, cela n’est pas possible du fait de contraintes auxquelles vous ne pouvez rien, comme l’attente d’un document ou l’avis d’un de vos partenaires. C’est donc en fait très complexe, d’autant plus que la priorité dépend de critères différents selon les gens, selon les objectifs...

Priorité en termes de... délais ? efficacité ? pénibilité ?

Ce qui fait la diversité et la complexité des problèmes d’organisation dans le temps, c’est précisément que le temps est une succession d'éléments hétérogènes, plus ou moins longs. Pour beaucoup d’activités, il m’est impossible de savoir combien de temps je mettrai...

J’ai donc besoin de définir quelles sont les priorités et surtout de définir les priorités intelligemment.

La priorité dépend elle-même de plusieurs conditions : urgence ou délai à respecter, plaisir ou pénibilité à réaliser une tâche, nécessité de commencer par une action pour pouvoir faire les autres...

J’ai choisi d’utiliser rapport Effort / Impact de mes actions pour définir les priorités. C'est une technique que j'utilisais beaucoup dans mon ancien travail. Je trouve important de préserver l’énergie autant que le temps et je m’organise donc pour que mes efforts soient payants.

Dans toute planification, qu’elle soit réalisée avec la matrice Effort / Impact ou non, il faut avant tout connaître ses objectifs.

Objectifs SMART

Créer un concept nouveau, qui deviendra les fondations sur lesquelles mon entreprise sera bâtie, demande de poser des objectifs qui restent parfois trop abstraits, non évaluables, ou irréalisables... Mais comment le savoir sans avoir essayé de les atteindre ?

La méthode SMART m’aide beaucoup dans ce sens. Elle consiste à définir des objectifs SMART : Spécifiques, Mesurables, Acceptables, Réalistes, Temporellement définis.

Ces critères d’appréciation m’aident à mesurer l'avancement de mon projet et à réévaluer ma roadmap. Cela donne une ligne de conduite qui me mènera, je l’espère, tout droit vers mes objectifs ou au contraire, qui tirera la sonnette d’alarme le plus tôt possible si je me lance vers un objectif inadapté.

En effet, certains objectifs peuvent demander un temps fou ou un effort considérable alors que le bénéfice sera insignifiant.

L’utilisation d’outils à la fois simples et ultra efficaces m’aide donc à optimiser l’organisation du temps dans mon projet d’ouverture de salle de fitness, non seulement pour gagner du temps mais surtout pour atteindre le résultat le plus qualitatif possible.

Pourquoi ne pas reprendre un club de Fitness ?

Depuis plusieurs années, les clubs de fitness connaissent un essor exponentiel qui n’est pas prêt de s’essouffler. De nombreux entrepreneurs décident de se lancer dans l’industrie porteuse du sport. Reprendre un club de fitness existant s’avère être une belle opportunité. Cependant,  il faut bien prendre en considération les points suivants et les nouveaux enjeux du secteur.

Ouvrir ou reprendre un club de fitness

Reprendre une salle de fitness, une certaine sécurité

Reprendre une salle de sport existante, déjà opérationnelle, avec une clientèle fidèle et constituée, reste tout de même un challenge. Cela semble moins risqué que de créer sa propre salle de sport. On débute avec un business immédiatement opérationnel et surtout du matériel. Reste à savoir si cette affaire est (ou sera) rentable ou pas.

De nombreuses opportunités sont offertes sur le marché. Mais, il faut rester vigilant sur différents points pour s'assurer de faire une belle affaire.

En effet, dans la majorité des cas de cession, le club de fitness rencontre de grosses difficultés financières qui empêchent toute rentabilité !

Les points à surveiller lors de la reprise d’un club de fitness

  • L’emplacement du club de fitness est un élément décisif à analyser. Assurez-vous qu’il se trouve dans une zone passante à proximité d’axes et de zones de vie, assurant ainsi un passage régulier de clients. Son accès doit être facile tant pour les piétons que pour les automobilistes.
  • Le local en lui-même doit être étudié avec soin.
    Prenez le temps de bien estimer la superficie nécessaire à votre projet.  Lors des travaux de rénovation et d’aménagement, vérifiez toutes les infrastructures (vestiaires, casiers, douches, sanitaires, espace d’accueil, contrôle d’accès…) ainsi que la mise aux normes des règles d’hygiène et sécurité, point qui doit avoir toute votre attention. Comme vous recevrez du public, vous devrez également remplir les règles de l’ERP. Cela vous garantira une mise en sécurité en cas d’incendie. N’hésitez pas à consulter le site Service Public pour vérifier vos obligations.
  • Les conditions de bail du local doivent être claires : loyer, durée, renouvellement…
  • Analyser le profil des clients vous permettra de mieux cerner ses attentes. Âge, sexe, type de sport pratiqué, les obstacles qu’ils rencontrent, leurs habitudes, leur satisfaction…
  • Vérifiez l’état des appareils de sport et prévoir le renouvellement du parc si nécessaire.
  • Un audit financier sera nécessaire pour s’assurer des comptes de l’entreprise. Cette étape est importante et permettra de négocier avec le cédant. Certains indicateurs sont révélateurs et permettent de connaître rapidement la valeur de son fonds de commerce : le chiffre d’affaires, le taux de réabonnement, la valeur des prélèvements automatiques et le taux de marge.

Un investissement important pour démarrer

Reprendre un club de fitness demande un investissement financier important. Il est donc impératif d’avoir un apport personnel minimum dans le cas d'une demande de financement bancaire.

Avec une superficie d’exploitation aussi importante, le local et son aménagement nécessite un gros investissement de départ. Les équipements sportifs doivent être adaptés à votre clientèle, tant au niveau de ses attentes qu’au niveau de la qualité. On consacre en général, plus de postes de travail dédiés à l’endurance qu’à la musculation.

Lors de l’achat de nouvelles machines, contrôlez les conditions de garantie, de maintenance et d’assistance proposées par le fournisseur.

Les salaires : premier poste de dépenses

Évidemment, pour faire tourner correctement votre salle de sport, il vous faudra du personnel qualifié, diplômé d’État et compétent pour dispenser les cours. Mais également du personnel administratif et commercial pour assurer le contact client et la force de vente.

Le poste des salaires représente une charge importante, et difficile à supporter, surtout lors de la première année. On considère qu’il représente au moins 35% du chiffre d’affaires.

Alors, ne lésinez pas sur votre force de vente et votre communication pour valider des abonnements qui vous permettront des rentrées d’argent régulières et prévisibles.Il ne faut pas oublier également le poste d’entretien et de nettoyage afin d'assurer une bonne hygiène de vos locaux !

En résumé

Les pièges sont nombreux pour reprendre un club de fitness et les vérifications se doivent d’être pointilleuses. Mais avec une bonne communication, un plan marketing étudié et un produit de qualité, vous avez toutes les cartes pour faire de votre enseigne un business rentable.

Zoom sur l'étude de marché

L’ étude de marché est une étape importante dans le processus de création  d’entreprise . C'est un élément majeur qui permet de valider la crédibilité du futur projet. Pour ces raisons, je vous présente dans cet article les différentes démarches concrètes à suivre avec assiduité afin de réaliser avec succès une étude de marché.

Néanmoins, avant de nous lancer dans le vif du sujet, il est important de comprendre réellement ce qu'on attend d'une étude de marché. Il s'agit d'un processus de collecte et de traitement d’informations visant à analyser et à comprendre toutes les caractéristiques  qui régissent le fonctionnement d’un secteur d’activité défini. En bref, l’étude de marché viendra enrichir le business plan.

Les différents groupes d’étude de marché

Je ne parlerai pas ici des différents types d'étude de marché (Ad hoc, Omnibus, Panel ...). En effet, ce serait trop long de tout couvrir. Toutefois, Il est très important de comprendre qu'il existe trois grands groupes :

  • L’étude documentaire : l'étude documentaire est essentiellement axée sur la consultation des documents, des journaux ainsi que des rapports d’organisme ou de société. Elle a la particularité d’être financièrement abordable (Une recherche Google ne coûte pas grand chose).
  • L’étude qualitative: l’étude qualitative se fait généralement via des interviews, des tests de produits avec les personnes impliquées. Elle permet d’analyser des éléments qui ne sont pas forcément quantifiables.
  • L’étude quantitative: L’étude quantitative permet de déterminer le potentiel de vente d’un produit ou d’un service. Elle est axée sur le traitement et l’exploitation des données statistiques (vente, comportement,  sondage ...). Également, l’approche quantitative  permet d’étudier l’influence que pourrait avoir une action de communication, de marketing et de distribution dans un secteur d’activité.

Quelles sont les étapes à suivre pour mener à bien son étude de marché ?

Étape 1 : La documentation

La documentation doit toujours être la première tâche à envisager.

Il est nécessaire d'effectuer le plus de recherche possible  sur le secteur d’activité, la clientèle ciblée et surtout les concurrents !

Cette documentation doit pouvoir apporter des éléments de réponse à des questions telles que :

  • Quelle est la nature du marché ? Quelles sont les tendances ?
  • Quelle est la clientèle ciblée ? Quelles sont les caractéristiques de cette clientèle ?
  • Qui sont les potentiels concurrents ? Quel est leur part sur ce marché et leur croissance annuelle ?

Aussi, la recherche documentaire permet de récolter des informations sur :

  • La législation: il est important d’avoir le plus d’informations possibles  sur les différentes législations qui régissent votre secteur d’activité. Il vaut mieux rester à l’abri de certaines surprises et sanctions désagréables pouvant découler de la violation de ces lois.
  • Les technologies de ce secteur: vous devez avoir une vue  sur l’ensemble des technologies qui peuvent vous aider à monter et à faire prospérer votre business.
  • Les fournisseurs: en résumé, vous devez savoir quels sont les coûts ainsi que les différents circuits de distribution qui s’offrent à votre secteur.

Étape 2 : L’ étude de terrain

Il ne faut pas oublier de faire une descente dans le but de découvrir les réalités du terrain. Cette étape permet d’être en contact direct avec les différentes cibles afin de comprendre au mieux leurs besoins et attentes.

Oui, il se pourrait que l'on se soit déjà croisé dans un club de fitness !

Pour revenir au sujet, l'étude de terrain a généralement deux approches qui reposent sur :

Une étude qualitative

A cet effet, vous allez devoir interroger vos cibles à travers plusieurs techniques de collecte d’informations comme :

Interview étude de marché
...une interview : Avant l'interview, vous devez au préalable avoir préparé des questions pertinentes. Ces questions pertinentes vont vous aider à capter rapidement les besoins de vos clients.

réunion de groupes étude de marché
...des réunions de groupes : Il s'agit d'interroger, avec des questions préalablement mises sur pied, un groupe de 4 à 8 personnes en même temps.  Cette approche permet de gagner en temps et en argent. Son efficacité se base sur le fait que les interlocuteurs peuvent confronter leurs avis.

Une étude quantitative

L'étude quantitative consiste en l’exploitation des données statistiques (vente, comportement,  sondage ...).  Elle est le plus souvent utilisée. L’étude quantitative aide à définir un chiffre d’affaires prévisionnel et d’autres éléments importants pour crédibiliser la partie financière du business plan.

Des études standards sont publiées sur Internet en fonction du secteur d'activité. Ces rapports permettent d'avoir une première idée sur la tendance du marché. Sachez qu'il existe des organismes auprès desquels vous pouvez aussi trouver de précieuses informations comme l'INSEE ou le CREDOC. Aussi, une recherche Google "étude de marché <secteur>" vous ramènera de précieux rapports de synthèse.

Aujourd'hui, la plupart des créateurs d'entreprises choisissent une étude personnalisée (qui peut être onéreuse). Ce type d'approche, plus efficace, permet de bien cerner le marché cible.

En conclusion

rapport de synthèse étude de marchéEn résumé, l'étude de marché ne consiste pas seulement à la publication d'un sondage en ligne. Il y a un vrai travail de recherche à effectuer en amont pour se conforter dans le fait que les objectifs fixés sont réalistes. Mais, cela ne s'arrête pas là ! Comme nous allons le voir dans un prochain article, il faudra dépouiller, synthétiser, analyser tous ces résultats pour établir le rapport de synthèse !

Business plan, Plan d'affaires

En premier lieu, un business plan ou plan d'affaires est un document décrivant la stratégie financière et commerciale choisies pour mener à bien un projet entrepreneurial. Ce document est rédigé avant le lancement de son entreprise et est utile pour juger de la solidité et de la viabilité du projet.

  • D'un point de vue interne, pour vous et/ou vos associés, cela permet de formaliser les choses et ainsi d'obtenir une vision claire et concise du projet.
  • D'un point de vue externe, c'est aussi un document de communication pour permettre de lever des fonds auprès des investisseurs.

En bref, rédiger un business plan c'est long certes. Mais ce n'est pas une perte de temps. Il permet de s'assurer de la cohérence du projet avant son lancement !

nuage de mots business plan

 

Que trouve-t-on dans un business plan ?

Le business plan retranscrit la vision de l'entrepreneur et ses objectifs. De plus, il décrit les étapes, outils et moyens que l'entrepreneur devra mettre en oeuvre pour y arriver. On y retrouve notamment une présentation de l'entreprise, la description sommaire des produits et services, les analyses de l'étude de marché, la stratégie commerciale, l'analyse de la concurrence , les plans d'actions, les risques, besoins financiers ...

Structure type d'un business plan

  1. Résumé : Quel activité ? Quel marché ? Quels sont les chiffres clés ? Pourquoi ce business plan ?
  2. Société : Qui sommes nous ? Qui sont les associés ?
  3. Produits et Services : Que proposons nous à nos clients ?
  4. Etude de marché : Quels sont nos potentiels clients,  leurs souhaits, leur emplacement ?
  5. Stratégie : Comment ces produits et services sont mis en oeuvre ?  Quelle est notre stratégie commerciale  ?  Qui sont nos concurrents? Quel est le calendrier ?
  6. Opérations : Fabrication Produit, Plan de personnel, Plan de charges, sous-traitance ...
  7. Plan Financier : Quels sont les besoins financiers, budget de trésorie ? Compte de résultat prévisionnel sur 3 ans ? Bilan prévisionnel sur 3 ans ? Plan de financement sur 3 ans  ?
  8. Annexes : Tous les éléments qui donnent une information supplémentaire sur le projet (CV, documents techniques, enquêtes, devis etc...)

Le Résumé ou Executive Summary

Le business plan est un document d'au moins 20 pages, qui soyons franc, ne sera pas forcément lu dans son intégralité. C'est pour cela qu'il est nécessaire d'y intégrer un Résumé ou Executive Summary.

Le résumé est très important !Le résumé doit être en première ligne, en tête, et particulièrement soigné. Sa fonction est de donner envie au(x) lecteur(s) d'en savoir plus sur le projet. Par conséquent, Il est nécessaire d'avoir une table des matières et une structure de document simple et lisible pour que le lecteur puisse s'y retrouver.

Suite à la rédaction de cette partie, faîtes lire votre résumé à un proche et demandez lui ...

  • Quel est votre projet ?
  • Serait il prêt à investir 1 mois de salaire dans ce projet ? 3 mois de salaire dans ce projet ?
  • Et pourquoi ?

Le Résumé ou Executive Summary doit faire maximum 2 pages. Imaginez une plaquette commerciale  pour laquelle on joue sur les graphismes, les textes pour faire ressortir au mieux les informations pertinentes (les points forts du projet) afin d’appâter les clients (les investisseurs) ... Alors oui, c'est le même principe !

Attention, il ne s'agit pas de vendre des produits et services aux lecteurs mais tout un projet, un concept, une équipe !

 

Qui rédige ce document ? Comment ?

Il s'agit d'un travail d'équipe !La rédaction du business plan est un travail d 'équipe. Tous les associés doivent y participer.  Il existe plusieurs modèles de business plan et de plateformes de rédaction sur Internet. Ces outils permettent de gagner du temps.

Vous avez aussi la possibilité de vous faire accompagner par des experts comptables ou des "coachs" spécialisés.

En conclusion

C'est à partir de tous ces éléments que vous même, vos associés et vos futurs investisseurs pourront juger de la solidité du projet.  Faire un business plan c'est long et fastidieux mais, comme on dit, un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas !

Fini la vie de bureau : j’ouvre ma propre salle de sport.

J'ai décidé de me lancer dans la création de ma salle de fitness ! C'est ça mon défi fitness !

Dire adieu à la vie de bureau, sa stabilité et son confort, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Je vais tout faire pour que l’ouverture de ma salle de sport soit un succès ! Voici mes premiers pas vers un long chemin qui me permettra un jour, d’avoir les clés de ma salle de fitness.

Adieu les tours et bonjour le club de sport, ma salle de fitness !

Ma salle de fitness, un projet d'abord né d’une passion

J’ai toujours aimé le sport,  heureusement ! Enfin presque. Je dirai que j'ai plutôt appris à aimer le sport. Pour être franche, à l'école ce n'était pas du tout ma matière préférée. Et c’est quand même mieux d'aimer le sport quand on veut ouvrir sa salle de fitness ! Mais la passion et les compétences sportives ne sont pas les seules conditions qui me permettront de réussir. Ce serait trop simple. D'où la nécessité de prendre le temps de réfléchir et de construire mon projet, étape par étape.

Depuis 5 ans déjà, ce projet me trotte dans la tête. Je me suis donnée  un peu plus de 1 an ½ pour ouvrir ma salle de sport. Cela peut sembler long certes. Mais en réalité, créer un concept unique et novateur demande une maturité que seul le temps peut donner. Et puis, la précipitation n’a rien de bon.

3 mois à plancher sur un concept innovant

une idée puis un concept pour ma salle de fitnessOuvrir une salle de fitness, c'est aussi devenir auto-entrepreneur.  De ce fait cela demande d’avoir plusieurs casquettes : être un manager et gestionnaire,  être un commercial, être capable d'engager un personnel qualifié, être visionnaire, mettre au point une stratégie financière viable...  et bien sûr connaître et aimer le sport.

 

Bref, j’ai vite compris qu’être gérante d’une salle de sport c’est être à la fois sportive, responsable RH, chargé de communication, comptable... Rien que ça !

Pour réussir, il me semble donc fondamental d’étudier mon projet sur le papier et de m’entourer de professionnels qui m’éviteront sans doute bien des embûches.

Depuis 3 mois déjà, je planche sur l’élaboration d’un nouveau concept né d'une idée. Mais en premier lieu, il faut finaliser le business plan : la route est encore longue !

La question de la franchise

pourquoi pas une franchise pour ma salle de fitness ?Monter une salle de sport est très tendance ces dernières années.  Actuellement, vous avez sûrement remarqué qu’il en pousse partout en France ! Il existe aujourd'hui plusieurs façons d'ouvrir une salle de sport : en créant sa propre salle, en reprenant une salle existante ou en rejoignant un réseau de franchise.  La plupart des salles font partie de franchises, de chaînes.

Mon idée est donc d’autant plus risquée que je ne souhaite justement pas dépendre d’une franchise.  Je veux lancer ma salle de fitness à ma façon, quitte à concurrencer de grands groupes ! Pourquoi ? Pour insuffler la dynamique et l’état d’esprit exacts qui me plaisent dans l’univers du sport, pour montrer que les entreprises indépendantes ont toute leur raison d’être.

Ouvrir sa salle de fitness, c’est aussi s’exprimer en faisant preuve de créativité, affirmer ses valeurs, et bien sûr, relever un challenge digne de ce nom. C’est aussi ça, quitter la vie de bureau !

Le business plan

En mettant au point le concept, je n’ai pas perdu de vue le business plan. Réaliser un business plan c'est trouver un point de convergence entre les produits et services, les souhaits clients et les objectifs financiers. Parfois, en travaillant dessus je me suis rendue compte que tout ne pouvait pas fonctionner comme je le voulais. Alors, j’ai dû peaufiner le concept en fonction. D’ailleurs, rien ne dit que je ne vais pas à nouveau revenir sur ces étapes par la suite, jusqu’à trouver le parfait équilibre !

Ouvrir sa salle de sport, ce n’est pas seulement avoir des muscles. Le cerveau travaille tellement, que c’est plutôt lui qui se sent tout courbaturé...

roadmap de mon business planpour l'ouverture de ma salle de fitness ^^

Il me reste donc un peu plus d’1 an pour que mon projet aboutisse et bien du travail m’attends. Ce qui m’attends ? Beaucoup de choses ! Je vais devoir réaliser une étude de marché, trouver un emplacement, trouver un financement et des prestataires de service... sans oublier de partir en vacances cette année quand même 😉